Violette and Co

C’est par un samedi pluvieux que j’ai poussé la porte de la façade colorée de Violette and Co pour en rencontrer les fondatrices. Cette librairie parisienne indépendante de 80m², féministe et LGBT, est un lieu unique qu’il nous tenait à cœur de vous présenter au sein de cette édition de février de La Culbute !

2016_02_violette_01

L’idée d’ouvrir Violette and Co a vu le jour en janvier 2003, alors qu’il n’y avait plus qu’une seule librairie LGBT à Paris, et plus aucune librairie féministe. C’est alors que Catherine Florian et Christine Lemoine ont décidé de se lancer dans l’aventure, après avoir mûri leur projet pendant plus d’un an. Elles n’avaient pas prévu de devenir libraires, et ont eu des parcours très différents avant d’en arriver là – bien qu’elles aient eu, comme beaucoup de gens (dont nous-mêmes, il faut bien le dire), ce « vieux rêve d’ouvrir une librairie ».

Et c’est ainsi que, douze ans après l’ouverture en février 2004, les Parisien.ne.s ont toujours la chance de pouvoir se rendre dans ce lieu d’exception. Violette and Co doit son nom à Violette Leduc, écrivaine aimée des propriétaires, auteure de La Bâtarde ou Thérèse et Isabelle, pionnière de l’autofiction. Ce patronyme est aussi un clin d’œil à la célèbre librairie indépendante Shakespeare and Company, bien connue des bibliophiles parisien.ne.s . Enfin, la couleur violette a pour particularité d’être ni rose, ni bleue… Et le « and Co » rappelle que, si l’essentiel des publications présentées sont féministes et LGBT, on peut aussi y trouver une sélection plus large. Celle-ci, contrairement à ce que l’on pourrait penser en lisant la description du lieu, ne se cantonne pas à des essais, mais fait la part belle aux romans, polars, mais aussi ouvrages jeunesse, beaux livres ou bandes dessinées… Tous les genres y sont représentés : psychologie, histoire, histoire de l’art… De quoi trouver son bonheur !

2016_02_violette_02

Catherine Florian et Christine Lemoine ont souhaité faire de leur libraire un lieu engagé, plutôt que militant. Il est tout d’abord indépendant de l’aspect collectif du militantisme, puisqu’elles ne sont que deux à le gérer et à y travailler. De plus, si elles ont toutes deux été militantes à titre personnel, elles doivent ici trouver l’équilibre entre l’engagement de leur sélection et un aspect plus commercial, mais nécessaire. La situation actuelle des librairies, surtout indépendantes, est difficile, et la masse de travail est considérable !

Il ne s’agit pas en effet que de vendre des livres. Bien que tenues au courant de l’actualité, les deux libraires assurent un travail de veille, essentiel pour ne rien rater des dernières sorties. En parcourant les rayons on se rend compte de la relation intime qu’elles entretiennent avec leur catalogue, tant les titres personnellement recommandés sont nombreux ! En outre, Violette and Co organise de nombreuses activités dans sa mezzanine : rencontres avec des auteur.e.s, expositions d’artistes, lectures, débats… Depuis deux ans, un club de lecture s’y est même ouvert. Enfin, depuis 2015, l’association Les Amis de Violette Leduc organise indépendamment des événements hébergés au sein de la librairie.

2016_02_violette_03

Depuis les débuts de la librairie, l’aspect trans et intersexe est très important aux yeux de ses fondatrices. Un rayon spécialisé lui est bien sûr consacré, mais il est aussi mis en avant dans les polars, les romans, etc. Le lieu est lui-même fréquenté par des personnes trans, notamment avant et pendant leur transition, puisqu’il est une source précieuse de renseignements et d’informations. Le rayon ne contient pratiquement que des livres écrits par des personnes trans, qu’il s’agisse d’essais ou de fictions.

Violette and Co est un lieu qui a à cœur de lutter contre toutes les discriminations : sexisme, homophobie, biphobie, transphobie, mais aussi racisme. Les questions d’intersectionnalité y sont bien représentées, avec entre autres une mise en avant des écrivaines afro-américaines. Comme dans toute librairie indépendante, une personnalité se dégage des choix faits par les libraires. Elles participent par exemple à la rentrée littéraire, en sélectionnant parfois des œuvres qui n’entrent pas directement dans la ligne éditoriale féministe/LGBT du lieu. Mais elles savent aussi qu’elles n’acceptent pas et n’accepteront jamais certains ouvrages !

Nous remercions encore Catherine Florian et Christine Lemoine d’avoir répondu à nos questions, et nous vous laissons avec une sélection d’ouvrages et de films faite par elles rien que pour vous !

2016_02_violette_livres

  • La Transyclopédie : tout savoir sur les transidentités, Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas & Arnaud Alessandrin, Des Ailes Sur Un Tracteur, 2012
    Cet ouvrage est sans doute le plus grand public de la sélection. Parmi ses dizaines de définitions, vous trouverez des réponses à toutes vos questions !
  • Elle ou lui ? Une histoire des transsexuels en France, Maxime Foerster, La Musardine, 2012
    Cette étude sociologique, psychologique et culturelle des transsexuels en France aborde la question sous un jour nouveau. Une approche historique intéressante !
  • Collection des Cahiers de la transidentité, Observatoire Des Transidentités (ODT), L’Harmattan
    Ces ouvrages, souvent collectifs, abordent toutes les facettes de la question : dépathologisation, rapport au corps, à l’école, débat sur les identités, transféminismes… Plus pointu, mais aussi plus complet.
  • Le Choix de Juliette, Juliette Jourdan, Le Dilettante, 2009
    Ce roman plein d’humour pose la question de l’identité féminine, et vous fera découvrir la réalité quotidienne des personnes transsexuelles.
  • Le mouvement transgenre. Changer de sexe, Pat Califia, Epel, 2003
    Traduit de l’anglais, cet ouvrage rassemble étude historique, entretiens, analyse culturelle et anecdotes personnelles pour comprendre les problèmes rencontrés par les personnes transgenres.
  • Projet Q****, Collectif, Des Ailes sur Un Tracteur, 2015
    Ce recueil de nouvelles lesbiennes et queer, qui relèvent le défi de réinventer la langue française, fait aussi la part belle à des protagonistes non sexués.

2016_02_violette_films

  • Une femme iranienne (Facing Mirrors), Negar Azarbayjani, 2011
    Une femme conduit un taxi en cachette pour rembourser la dette de son mari et le faire sortir de prison. Elle fait la rencontre d’une femme transgenre, qui cherche à fuir le pays pour échapper à un mariage forcé.
  • Noor, Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, 2012
    Ce road movie suit le voyage d’un jeune khusra (transgenre pakistanais), aux prises avec les normes d’une société compartimentée.
  • Bambi, Sébastien Lifshitz, 2013
    Ce documentaire relate l’histoire de Bambi, une transsexuelle française née en Algérie en 1935, meneuse de revue dans un cabaret parisien dans les années 50-60, puis professeure de français et écrivaine.
  • Crossdresser, Chantal Poupaud, 2010
    Consacré aux crossdressers, des hommes hétérosexuels, mariés avec enfants, qui se travestissent clandestinement. De quoi faire la distinction entre transsexuels et travestis.

Pour aller plus loin :

  • Nous vous invitons bien sûr à aller faire un tour chez Violette and Co, au 102 rue de Charonne, métro Charonne (9) ou Faidherbe-Chaligny (8), dans le XIe arrondissement de Paris. Vous y serez bien accueilli.e.s, et quels que soient vos goûts vous nous repartirez sans doute pas les mains vides !
  • Nous sommes très attachées au soutien des librairies indépendantes ! Chacune d’entre elles est unique, et imprégnée par la personnalité de ses libraires. Si vous n’êtes toujours pas convaincus, venez découvrir pourquoi il faut éviter d’acheter sur Amazon sur le blog d’Antigone XXI.
Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.